Junku NISHIMURA, “unlike memories” : 1ere Exposition à Paris (21 mai au 20 juin 2015)

samedi 2 mai 2015, par Candice Nguyen

Grande annonce, notre cher ami photographe Junku Nishimura exposera pour la première fois en France !

Exposition “unlike memories” du 21 mai au 20 juin 2015
Vernissage : le 21 mai à 19h
Galerie in)(between art gallery
39 rue Chapon
75003 PARIS
Présentation et Conférence de l’artiste : le 28 mai à 19h


Ce sera sa toute première exposition solo en France : nous y serons, pour sûr !

Aussi, si Junku Nishimura nous est si cher, c’est que c’est aussi lui qui a inauguré la toute première série du tout premier numéro de PLATEFORM Magazine, il y a de ça bientôt 7 ans... De ces rencontres qui vous marquent.


. . . . .

Consulter ses différentes parutions dans PLATEFORM :

- PLATEFORM ISSUE #1 : http://www.plateformag.com/magazine/numero-1
- PLATEFORM ISSUE #10 : http://www.plateformag.com/magazine/article/numero-10
- PLATEFORM ISSUE #44 : http://www.plateformag.com/magazine/numero-44

. . . . .

record » vol. 16 – “unlike memories” Il s’agit de la première exposition solo de Junku en France.

« Les photographies sélectionnées par la commissaire de l’exposition (Natsuko ODA) sont présentées sous le titre de « unlike memories » exposant l’intimité des profondeurs et la résonance de l’expansion urbaine sur le Japon et sa population. Une capture d’un Japon généralement non visible et caché et qui, contrairement aux souvenirs, ne s’éteint pas graduellement avec le temps.

Junku est un artiste originaire d’une petite ville minière à l’ouest du Japon, qui se distingue dans son approche photographique des gens, en connivence avec l’expansion urbaine au Japon. Une approche qu’il développa avant même qu’il ne commence à utiliser son appareil pour photographier le Japon urbanisé et ses habitants, il travaillait alors comme producteur de ciment sur les chantiers de construction de tunnels à travers le Japon.

Comme Junku l’explique : pour moi la nuit est le moment où les visages masqués des villes et des gens s’écaillent révélant alors leur véritable image. La nuit est un moment où les gens sont vulnérables, divaguent dans les rues et les bars, à la recherche d’autres personnes vulnérables comme eux, et la résonance de l’inerte, une lumière solitaire derrière une allée sombre, une chaise dans un coin de bar/restaurant où quelqu’un s’est assis un long moment, etc… » © in)(between art gallery

. . . . .

record vol. 16 - “unlike memories” is Junku first solo exhibition in France

« The exhibition curator’s (Natsuko ODA) selection of photographs for this exhibition “unlike memories” exposes intimacies of the depths and resonance of the urban sprawl in Japan and on the people. A photographic record of a generally visually hidden Japan that unlike memories does not fade with the padding of time.

Junku is an artist from a small coal-mining town in western Japan, who’s distinctive photographic approach towards the people conniving with the urban sprawl in Japan developed before he started to use his camera to photograph the citified Japan and its people, it was while we worked for a cement manufacturer in tunnel construction sites across Japan.

As Junku explains : for me the night is the time when the masked faces of cities and people are peeled off reveling their true image. The night is a time when people are unguarded ; I ramble in streets and bars, looking for the unguarded ones, and the resonance of the inert, a solitary light behind a dark alley ; a chair in a corner of a bar/restaurant where someone has sat for long, etc. » © in)(between art gallery

Commissaire en chef : Mlle Natsuko ODA
Organisé par : in)(between. gallery

Voir en ligne : Junku NISHIMURA, “unlike memories” à la Galerie in)(between art gallery